vendredi 12 juin 2015

Le Fuseau libère la fileuse!

Voilà, on aime les belles mécaniques, les grosses cylindrées, les bielles à huiler, les roues, les courroies, et puis un jour, on redécouvre la simplicité, la légèreté, la liberté: LE FUSEAU!

Nouvelle fileuse, j'ai appris à filer au rouet. Je voulais un objet technique, moderne, performant. Je me suis offert un Joy que j'adore, avec plein d'options ajoutées au fur et à mesure: l'épinglier Freedom, le WooLee Winder, la cardeuse...

Et puis j'ai découvert le fuseau grâce à Anne et j'ai eu la chance d'en recevoir de très beaux.

Dark Vador, le fuseau tibétain (comme son nom ne l'indique pas)

Elle m'a initiée à cet art léger, ancestral et sans complication technique. Avec un fuseau et une paire de bras, on peut tout faire, sans autre accessoire.

Alors le fuseau a commencé à m'accompagner dans mes déplacements, lorsque j'avais besoin de voyager léger. Il a fallu du temps pour s'apprivoiser, apprendre à changer de rythme et ne plus penser d'abord à la productivité.

Fuseau turc en genévrier, mèche de Falkland, balade dans Paris.
Petit à petit j'ai découvert que filer au fuseau c'était être au plus près de la fibre et du fil en construction. Que ce n'était pas juste un moyen de découvrir le filage, mais que tous les filages étaient possibles et que c'était sans doute ainsi qu'on les comprenait, qu'on les intégrait le mieux.

A gauche le Yack, à droite du Corriedale.
Corriedale, filé en suspendu et retordu à deux brins.
Yack filé sur fuseau tibétain et retordu en chaine (3 brins).
J'ai été émerveillée de découvrir cette économie de moyens, avec une tige et un contrepoids, il était possible de filer tant de matières diverses, animales ou végétales, fibres longues ou courtes, pour des usages aussi différents que le tissage, le tricot, la broderie, la fabrication de cordes, et j'en oublie sans doute.

Nappe cardée en cours de retors sur fuseau suspendu.
Je suis désormais une fileuse libérée, affranchie des contraintes de temps et d'espace et j'adore ça!

Mon prochain défi? Filer une série d'échantillons du plus grand nombre de fibres possibles, pour connaitre les particularités de chacune.

Et vous, quelle genre de fileuse êtes vous?

mercredi 10 juin 2015

Filer à l'écomusée: Festival Le Lot et la Laine, 3ème édition

Grande excitation par ici!
Dans un mois s'ouvrira la troisième édition du formidable festival Le Lot et la Laine, à l'écomusée de Cuzals, à Sauliac sur Célé!



D'ores et déjà le rouet ronronne, car pour fêter l'événement un SKAL (Spin and Knit ALong : filer et tricoter ensemble) a été organisé par la talentueuse Ambre Nid de Vigogne: filer 1200 mètres de fil fin puis tricoter un châle mystère joliment nommé Grue Cendrée.
Pour voir et partager les avancées de chacun, c'est par là: Groupe Ravelry.

BFL et soie teint à l'indigo et filé sur Joy

Je me réjouis à l'idée de retrouver toutes les copines, de partager des expériences, d'échanger des trucs, de voir toutes les merveilles concoctées par les exposants et de rompre, enfin mon jeûne laineux.... 

11 mois sans enrichir mon stock, en duo avec Tricobsession... ben, il en reste encore plein!

C'est définitif, je suis une fileuse invétérée, de ce coté là, le stock de fibres a bien fondu... 

Mais coté tricot, c'est moins brillant, le nombre d'écheveaux à continué de croitre puisque j'ai filé plus que je n'ai tricoté... dilemne ;-)

Néanmoins, j'ai bien l'intention de profiter du festival pour faire l'acquisition de plein de jolies fibres directement auprès des créatrices et des éleveurs!

Si vous venez dans le Lot, faites moi signe!

lundi 29 décembre 2014

Filer et tricoter à la main tout un pull (épisode 3)

J'espère que vous avez passé un bon réveillon et que vous avez l'esprit clair (comment ça? j'oserai insinuer que vous avez trop arrosé l'arrivée du Divin Enfant?... j'en ai vu quelques uns en piteux état au soir du 25, alors je prends les devants ;-)... car on attaque la partie technique de l'aventure!

L'avantage du tricot en 4,5mm, c'est que ça avance vite...
Arrivée sous les bras, un premier essayage m'a permis de vérifier que je ne m'étais pas trompée de taille.



Mon patron d'origine proposait de mettre en forme le corps par des diminutions latérales. Mais pour l'avoir expérimenté à plusieurs reprises, je préfère faire des pinces au niveau de la poitrine et dans le dos, comme on le fait en couture. C'est beaucoup plus anatomique.
Pour cela je m'inspire de la méthode donnée par Ysolda dans Blank Canvas, mais en l'adaptant au top down:
  • Je mesure mon tour de poitrine et mon tour de taille
  • Je mesure la distance entre mes deux seins (qui servira de base à l'écartement des pinces)
  • Je mesure la hauteur entre mon tour de poitrine et mon tour de taille
Grâce à mon échantillon, je déduis:
  • le nombre de mailles au niveau de la poitrine
  • le nombre de mailles entre les deux seins (dans mon cas 40 mailles)
  • le nombre de mailles au tour de taille
  • le nombre de rangs entre la poitrine et la taille (dans mon cas 30 rangs)
  • et donc, combien de diminutions il faudra faire, sur combien de rangs pour avoir un joli pull près du corps (dans mon cas: 24 mailles)
J'ai donc placé 4 marqueurs de pinces (deux dans le dos et deux devant, si si, on a pas de seins dans le dos, mais c'est mieux avec des pinces devant et derrière, ne cherchez pas) écartés de 40 mailles et puis j'ai diminué tous les 6 rangs  comme suit: tricoter jusqu’au 1er marqueur de pince, * glisser le marqueur, ssk, tric jusqu’à 2 m avant le marqueur suivant, k2tog , glisser marqueur, tric. jusqu’au marqueur suivant* et reprendre de * à * une fois. 
Répéter 6 fois (24 mailles diminuées en tout), puis tricoter 8 rgs pour la taille, puis commencer les augmentations pour les hanches (sur le même principe):
Tous les 3 rgs, aug d’une maille à chaque anneau marqueur, 3 fois (+ 12 mailles). puis encore 2 fois tous les 6 rgs (20 mailles en tout).

La pince, presque indétectable.

Bon, je l'avoue c'est un peu technique et j'espère que je suis suffisamment  claire, sinon faites moi signe, j'essaierai de préciser.

En plus comme on peut essayer son pull au fur et à mesure, on voit vite si ça cloche.
Bon, vous n'en êtes pas quitte pour autant... j'ai encore deux trois modifs à vous raconter ;-)

mercredi 24 décembre 2014

Filer et tricoter à la main tout un pull (épisode 4)

Mon roman feuilleton s'achève... nous touchons au but!

Toutes ces rayures aléatoires avaient besoin d'être un peu apaisées à mon goût, comme contenues. J'ai d'abord imaginé filer un petit fil gris naturel pour tricoter le col, les poignets et les côtes du bas du corps, mais je n'avais pas ça dans mes stocks et je suis au régime sans fibres ni fils jusqu'au prochain Lot et la Laine. Il a donc fallu faire avec l'existant.
Il restait dans mes tiroirs une pelote de fil d'un joli beige (donnée par Tricobsession à l'époque où j'envisageai de tricoter l'Enchanted Mesa de Stephen West) qui a fait très bon ménage avec mes landes et mes bruyères, je trouve.

Mon petit truc pour avoir des côtes bien nettes en changeant de couleur, c'est de faire d'abord un rang endroit avec la nouvelle laine avant de commencer les côtes.


J'ai un peu tâtonné sur la longueur du bord côte au niveau du col... ci-dessous la version large, détricotée depuis.


Et puis finalement, au bas du corps, j'ai repris le système de rangs raccourcis expérimenté dans Nuage pour rallonger le dos et envelopper les hanches. Je trouve ça très confortable, on a les reins bien au chaud, même lorsqu'on se baisse pour... ramasser les champignons?



Après quelques déboires, j'ai choisi maintenant de tricoter bien ajusté en largeur et un peu long aux manches et au bas du corps car j'ai expérimenté que le tricot s'élargit et se raccourcit immanquablement au lavage. C'est ce que j'ai fait cette fois encore même je le trouve encore un poil trop court. Est ce que vous constatez la même chose?

Et voilà, la balade est terminée, j'aime beaucoup mon pull et je suis drôlement fière d'avoir mené ce projet à bien, j'ai l'impression d'avoir brisé la malédiction et je fourmille de projets! C'est chouette, non?

samedi 20 décembre 2014

Carder une grosse baleine blanche

C'est ma copine Lolatralala (aka Serial Fileuse, la bien nommée) qui a lancé la vogue de ce mammifère laineux qui s'abat sur nos cardeuses.
C'est ma copine Tricobsession qui est venue en carder une à la maison...
Et c'est moi qui succombe à la vague et qui rêve de carder une baleine blanche...

C'est un stock de fibres qui avait pris de l'embonpoint et qui se morfondait dans un bac obscur...
C'est une envie de mat, de brillant, de lisse, d'ondulé, de fibreux, de craie, de crème, de neige, de glissant, de crissant...

Ploc, la boite s'ouvre...
Plouf, je m'enfonce...
Ouf, je remonte... chargée...


Du lin blanchi, de la soie tussah presque dorée, du Maco mérinos immaculé, des boucles d'Islandais qu'on dirait d'argent noirci, de l'alpaga glissant comme du savon...



 Un dimanche de brouillard, la cardeuse un peu ensommeillée a repris du service. Elle ronronne.


Une première nappe, fruit de savants calculs tombe du rouleau...
Hop, le rouet prend la relève...
Fffff, les échantillons s'enchainent...


La nappe, presque immaculée, moelleuse, soyeuse se file comme un rêve...
Les boulettes de laine, indisciplinées, s'échappent et tombent comme des flocons aux pieds de la rêveuse...
Plus fin, plus gros, plus de boucles, quelques filaments dorés...


Ça y est, la recette de la ba-laine blanche est née!!!



Pssst: si vous ne voulez pas vous lancer, puis je vous recommander de vous en remettre aux bons soins de Serial Fileuse, c'est la reine de la baleine et autres merveilles à filer!

Ne vous inquiétez pas, je reviens très vite avec la suite des aventures du pull filé main (le suspens est à son comble). En attendant je vous souhaite de très douces et moelleuses fêtes de fin d'année... comme ce joli troupeau aperçu ce midi dans une vitrine parisienne.








mercredi 17 décembre 2014

Filer et tricoter à la main tout un pull (épisode 2)

Finalement, il ne m'a fallu qu'un mois pour filer mes 500 grammes de fibres, très motivée que j'étais par la saine émulation entretenue par Tricobsession, venue carder chez moi une merveilleuse Baleine Bleue... et bien aidée par les vacances de Toussaint et le pont du 11 novembre!

Tricobs' retordant la baleine bleue sur son Pocket Wheel

Mes 4 écheveaux lavés, j'étais maintenant à la tête d'un peu plus de 800 mètres de fils de calibre worsted...


Il me fallait donc chercher un modèle qui corresponde à ces caractéristiques:
  • Un modèle simple, tout en jersey, pour ne pas brouiller l'effet rayé très aléatoire de la laine (choisir un modèle à dentelle, texture ou autre est inutile, les changements de couleurs du fil auraient absorbé les motifs)
  • Un modèle près du corps, pas le choix compte tenu du métrage.
  • Un modèle un peu campagnard, automnal, qui reste dans l'idée de la balade écossaise.
Echantillon sur aiguilles 4,5 mm: 18 mailles x 24 rangs

Il y eu pas mal de candidats, et puis je me suis lancée avec un patron tout simple, très efficace et gratuit, trouvé sur Ravelry : Brick, un modèle qui se tricote du haut vers le bas, comme ça on peut l'essayer au fur et à mesure pour mieux l'ajuster.


Et voilà, c'est parti!
La prochaine fois, je vous raconterai comment je l'ai customisé...


samedi 13 décembre 2014

Filer et tricoter à la main tout un pull (épisode 1)

Depuis longtemps, l'idée me taraude de filer de quoi me tricoter un pull.

Après un premier échec pour cause d'oubli de fibres dans la marmite, je ne me suis pas laissée abattre et cet été en rangeant mes tiroirs, je suis tombée en arrêt devant deux paires de tresses de fibres aux couleurs si semblables qu'on aurait pu croire que je les avait achetées exprès... mais non, j'ai juste des obsessions colorées on dirait ;-)
Deux tresses de Falkland teintées par  Hedgehog Fibres (en haut) et deux mèches de Mérinos Nube de Malabrigo (en bas).



Ma première idée fut de carder les deux fibres ensemble, afin d'avoir un ensemble homogène, mais après réflexion et discussions avec mes copines fileuses de Ravelry, j'ai eu peur que les couleurs ne se fondent et deviennent ternes. J'ai donc finalement décidé de filer chaque tresse indépendamment puis de retordre un brin de mérinos avec un brin de falkland.





J'ai sagement fait un petit échantillon, et hop, me voilà partie pour un filage au long cours, presque 500 grammes de fibres, avec une petite carte aide mémoire pour seul guide.

Falkland

Mérinos

La première bobine
J'étais un peu perplexe après le premier retord à la lumière électrique, mais une fois mise en écheveau, le fil semblait plus prometteur....




Un mélange de tweed et de bruyère, une balade dans les Highlands...

Vous me suivez?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...